3e DIMANCHE DE PAQUES – 1er MAI 2022

« Jetez le filet ».

 

Alors même que les Apôtres pratiquent leur activité dont ils ont la maîtrise professionnelle, ils n’ont pourtant rien pris. La Bible précise que c’était la nuit (la nuit de leur vie, dans les moments de sécheresse spirituelle). Pierre, le responsable, était nu.

Si leur partie de pêche est infructueuse, c’est parce qu’ils ont évacué de leur activité Celui qui leur a tout donné, Celui qui est le Maître du travail, Celui qui rend fructueux le travail de leurs mains. Et dès qu’ils l’ont accueilli, leur pêche à porté des fruits au-delà de leurs attentes. Par la même occasion, Pierre a été restauré dans sa mission de « Berger des brebis du Seigneur ».

Le travail, qu’il soit rémunéré ou non, est une source de joie et de bénédiction , surtout lorsqu’il est respectueux de la dignité de la personne humaine, de l’environnement et de la volonté de Dieu.

Comment veux-tu avoir à manger si tu n’aimes pas le travail ? Comment veux-tu être heureux si tu n’aimes pas ce que tu fais ? Comment voulez atteindre vos objectifs au travail vos collègues et vous ne vous appréciez pas comme une famille ? Comment pouvons-nous développer nos pays en promouvant l’incompétence, le favoritisme, la tricherie, la superstition, le culte du magico-religieux et la corruption ? Comment pouvons-nous vivre de notre travail si ceux qui ont le pouvoir ne peuvent pas accompagner les plus faibles et ceux qui ont des compétences avérées ? Comment travailler dans la sérénité alors que les multiples crises sociales créent l’angoisse et la méfiance au sein des populations ?

Nous avons ainsi besoin, comme les Apôtres, d’écouter la voix du Seigneur qui nous demande de jeter de nouveau nos filets. Nous avons besoin de l’entendre nous rappeler que c’est lui qui donne à manger, donc le travail.

Aimer Jésus de tout ton cœur, c’est aussi respecter tout travail et tous les travailleurs. C’est ainsi qu’il bénira ton activité.

 

Père Arnaud Aba’a Omva